Travail en hauteur : comment bien équiper ses salariés ?

Dès que le travailleur est appelé à opérer à trois mètres au-dessus du sol, on parle de travail en hauteur. Cela implique la mise en place de diverses mesures de sécurité collective et individuelle. Quels sont les mesures à suivre et les équipements qui doivent être mis à la disposition des salariés ?

La procédure à suivre

Quand un travail en hauteur doit être réalisé, l’employeur doit, avant tout, évaluer les risques auxquels le salarié est exposé puis prendre les mesures de sécurité qui s’y réfèrent.

Quand plusieurs salariés sont concernés, les mesures doivent d’abord être instaurées de manière collective pour que chacun d’eux puissent en bénéficier.

Quand les mesures collectives ne sont pas adaptées, l’employeur doit penser à fournir, à chaque travailleur, des équipements de protection individuelle pour la tâche à accomplir.

Les équipements de travail nécessaires

Pour pouvoir réaliser le travail, il faut que les salariés puissent accéder à l’emplacement en hauteur. Pour ce faire, ils doivent avoir, à leur disposition, des plateformes de travail spécifiques comme les échelles, les escabeaux, les échafaudages, les PIRL, …

Ces équipements servent à la fois de système d’accès aux points d’intervention en hauteur et de support pour y travailler confortablement. Leur utilisation est indispensable pour la réalisation de travaux temporaires en hauteur. Le choix entre l’un ou l’autre d’entre eux dépendra de divers facteurs :

  • La hauteur à atteindre : alors que les escabeaux sont utilisés pour des travaux à un niveau peu élevé, les échafaudages ou les échelles télescopiques sont plus appropriés pour des hauteurs plus élevés. La plateforme individuelle de travail se décline quant à elle, en deux modèles principaux, mais en général, elles ne dépassent pas les 2,5 m de hauteur de plancher
  • L’environnement ou le type de travail à réaliser : la majorité des échelles de travail est fabriquée en aluminium et ne convient donc pas pour un usage dans un environnement à très haute température ou dans un environnement présentant un risque électrique. Pour ces deux cas, mieux vaut utiliser une echelle isolante ou une echelle pompier qui est soit fabriquée en bois soit en fibre de verre

Les équipements de protection individuelle

En termes d’équipements de protection individuelle (EPI) pour la réalisation de travail en hauteur, on peut citer :

  • Les systèmes d’arrêt de chute : ces derniers se composent d’un point d’ancrage, d’un harnais antichute, d’une longe avec absorbeur d’énergie, d’un dispositif antichute à rappel automatique et d’un dispositif antichute mobile sur support d’assurage vertical
  • Les systèmes de retenue : il s’agit d’un système de protection qui a pour objectif d’empêcher l’utilisateur, à cause des mouvements qu’il effectue, d’atteindre des zones à risques de chute
  • Les systèmes de maintien au poste de travail : ils permettent au travailleur de rester, en appui ou en suspension au niveau d’une hauteur précise pour pouvoir y travailler sans tomber ou glisser

Leur utilisation permet d’arrêter la chute quand elle survient et est conseillée dans une zone où le risque de chute est élevé. Il faut néanmoins bien les distinguer, car si le premier arrête les chutes, les deux autres remplissent des rôles spécifiques tout en réduisant les risques de chute.