Pourquoi la consommation française d’énergie baisse ?

Cela faisait douze ans que la consommation d’électricité navait pas atteint un seuil aussi bas. Selon les chiffres de la RTE (Réseau de transport d’électricité), les français ont consommé cette année 465,3 TWh contre 495 TWh l’année dernière.Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette baisse de consommation : le climat certes, mais pas seulement.

Des températures clémentes

En 2014, la consommation d’électricité a baissé de 6% avec pour facteur important le climat et une année relativement chaude. Sans prendre en compte la chaleur de lannée 2014 la baisse de consommation équivaut à-0,4%, alors même que ces dernières années ont étémarquées par l’expansion de la demande d’électricitécausée notamment par l’évolution des parcs nucléaires. Les chiffres sont donc plutôt positifs, puisqu’ils semblent désormais se stabiliser jusqu’à même sensiblement reculer.

Une demande affaiblie

Du fait de la crise économique, la baisse de la demande est générale.

Pour la première fois, la demande des PMI et PME ainsi que des professionnels et des particuliers est en recul. Les Français se soucient de leur porte-monnaie et cherchent donc logiquement à réduire leurs dépenses d’électricité que ce soit en adoptant de nouveaux gestes ou en investissant dans des appareils électriques économes en énergie. C’est par exemple le cas des radiateurs électriques économiques et à la domotique qui tentent de plus en plus de ménages français.

Des mesures françaises qui portent leurs fruits

La France a déployé des mesures d’économies d’énergies ces dernières années qui se révèlent aujourd’hui efficaces. LEtat a mis en place des gestes fiscaux pour inciter les propriétaires àinvestir dans des travaux de rénovations énergétiques : prêt àtaux zéro, TVA réduite à5,5%, etc.

Le gouvernement a quantàlui investi dans de meilleurs moyens de production d’électricité. Cette année, les barrages hydroélectriques, les éoliennes, les fermes solaires et les centrales biomasses ont assuré19,5% de la consommation totale. Pour la première fois, la production d’énergies renouvelables est supérieure à celle des énergies fossiles (charbon, gaz et fioul), qui sont en recul.

Si l’on ne prend pas en compte la météo clémente, la baisse de consommation d’électricité est bien moins conséquente. Cependant après des années d’augmentation de consommation électrique, une baisse, même légère, reste positive. Celle-ci, conséquence des mesures prises par l’Etat est annonciatrice de changement.

Sources :