Les meilleurs conseils pour l’isolation phonique de son logement

Il n’y a rien de plus désagréable que d’entendre depuis son intérieur les bruits du voisinage, de la rue ou des machines. La vie à la maison peut vite devenir stressante et insupportable. Fort heureusement, plusieurs solutions sont envisageables pour améliorer l’acoustique de son logement. Décryptage.

Les solutions incontournables pour une meilleure isolation phonique

Le bruit s’infiltre par les défauts d’étanchéité, traverse les parois et résonne au cœur des murs. Ainsi, pour mieux améliorer l’isolation phonique, il faudra dans la majorité des cas, cumuler les dispositifs. De prime abord, pour réduire les nuisances sonores du dessus, il convient d’isoler le plafond. À cette fin, plusieurs techniques sont envisageables. Parmi d’autres, l’installation de faux plafond s’avère très efficace. La toile tendue est également une alternative de choix. En plus de sa fonction d’absorption sonore, celle-ci joue aussi un rôle esthétique dans la maison, car elle camoufle les imperfections de son intérieur.

Pour contrer la transmission sonore, une bonne isolation des murs s’impose. Là aussi, les utilisateurs ont le choix entre plusieurs approches. Ils peuvent, entre autres, opter pour la peinture anti-bruit. Grâce à sa sous-couche insonorisante, cette dernière est en mesure de réduire 15 dB en fonction des fréquences. Il est également possible de recourir à des plaques phoniques minces qui garantissent un gain acoustique d’environ 15 dB. Pour ceux qui ont des murs mitoyens, le doublage sur ossature métallique permet aussi de réduire la propagation des nuisances sonores. L’opération consiste à mettre deux plaques de plâtre contre une laine minérale. Dans ce cas-là, le gain acoustique peut aller jusqu’à 20 dB. L’autre solution c’est de poser un isolant et installer une contre-cloison en carreaux de plâtre ou en briques.

 

Les autres détails à prendre en compte pour une isolation acoustique réussie

L’une des pierres angulaires de la lutte anti-bruit consiste à tout rendre étanche : les portes, les fenêtres et les coffres de volets roulants. Pourtant, une bonne ventilation est essentielle pour garantir le renouvellement de l’air. Dans ce cas de figure, les entrées d’air acoustiques se présentent comme un très bon compromis. Par ailleurs, pour ne pas entendre les nuisances sonores venant du palier ou de l’escalier, il n’y a rien de tel que de calfeutrer la porte d’entrée. Le rideau anti-bruit est une alternative intéressante. Pour l’isolation phonique du sol, il faut poser une couche isolante sur le sol en cours. Fibre de bois, mousse polyuréthane ou polyester, laine de roche, liège expansé ou encore plaque de plâtre phonique, le choix est large.

Dans le cadre des travaux de construction, il existe aussi de nombreuses solutions pratiques pour résoudre les problèmes de résonance et de réverbération. Il s’agit de poser des tapis moelleux, des rideaux en velours ou encore des moquettes épaisses. De plus, il est envisageable de monter un isolant phonique en rouleaux ou en plaques sous le revêtement mural. Les meubles pourront aussi contribuer à la lutte anti-bruit. Par exemple, une bibliothèque ouverte équipée d’étagères de différente taille peut atténuer la propagation de l’onde acoustique. Enfin, sur les équipements anciens qui émettent un bruit sonore considérable, l’installation des patins anti-vibration s’impose.